Two Ears, One Brain

Deux oreilles et un cerveau

Picture-for-BH-whitepaper3_TIF1

Par une belle journée ensoleillée, vous décidez d’aller faire une promenade dans les rues de votre quartier. Bien qu’on y pense très peu, vos oreilles seront bien utiles pendant cette sortie. Elles permettront notamment d’écouter les sons qui vous entourent, mais aussi de déterminer de quel endroit ils proviennent. En réalité, les oreilles font une partie du travail, mais le cerveau en fait une grande part aussi.

À quoi ça sert d’avoir deux oreilles?

For the brain Mais repartons de la base :Pour bien faire tout son travail, le système auditif a besoin de recevoir de l’information provenant des deux oreilles. Cette information est parfois pareille, mais la plupart du temps, elle est très légèrement différente. Ce sont ces très légères différences qui permettent au cerveau de faire plusieurs tâches, mais plus particulièrement de séparer la parole du bruit et de déterminer la provenance d’un son (localisation). De plus, recevoir l’information des deux oreilles permet une légère augmentation du volume, ce qui facilite habituellement l’écoute.

Localiser un son

C’est le même principe quand vient le temps de trouver d’où vient un son. Il arrive aux deux oreilles avec une force différente selon sa provenance. Le cerveau analyse la différence entre les deux et décide selon les décalages de quel endroit il provient. Le son est arrivé en premier et plus fort à droite? Il provient surement de la droite. Le son est arrivé en même temps et avec la même force aux deux oreilles? Il vient probablement d’en avant ou d’en arrière.

Si les deux oreilles n’entendent pas au même niveau, les indices sur lesquelles se fie habituellement le cerveau ne sont plus les bons puisque la différence entre ce qui est entendu à droite et ce qui est entendu à gauche n’est plus légère. Le cerveau ne peut donc plus se fier sur ces indices pour déterminer d’où provient le son. Il devient donc plus difficile de choisir ce qui est la conversation et ce qui est le bruit.

Parole dans le bruit

Lorsqu’on est au restaurant avec des amis et qu’on a une conversation dans le bruit, on se placera le plus souvent face à face. Ce n’est pas simplement par politesse, c’est qu’en fait c’est le meilleur angle pour que notre cerveau analyse la situation. En effet, en plus des informations visuelles du visage de nos amis, le cerveau peut différencier l’information importante (la conversation) de celle qui ne l’est pas (le bruit). Contrairement au fait d'entendre avec seulement une oreille, utiliser l'information des deux oreilles permet au cerveau de remplir les trous dans les situations d'écoute difficile. Par exemple, si vous êtes au bar avec vos amis et qu'il y a un groupe bruyant à votre droite, l'information arrivant à l'oreille droite ne sera pas très claire comparé à celle arrivant de la gauche. En utilisant les informations des deux oreilles, le cerveau est capable de détecter la parole et de se concentrer sur ce qui nous intéresse dans cet environnement bruyant. Dans cette même situation, si vous n'entendiez que d'une seule oreille (surdité unilatérale), disons la droite, vous auriez beaucoup de difficulté à bien comprendre ce qui se dit puisque votre "bonne oreille" serait face au bruit. N'ayant l'information que d'une seule oreille, le cerveau aurait alors beaucoup plus de difficultés à séparer la voix de vos amis de celle du groupe bruyant.

Travailler fort

Les gens ayant une audition asymétrique doivent donc travailler plus fort, surtout dans les environnements difficiles. Pour plusieurs, un environnement calme n’est pas un problème et entendre n’y est pas un défi, mais dès que le bruit se met de la partie, ce n’est plus la même histoire. On peut penser par exemple au restaurant ou encore dans un souper de famille. Chez les enfants, on peut penser à l’école, où une salle de classe est loin d’être toujours calme. Dans toutes ces situations, une audition asymétrique peut demander plus de concentration et plus d’énergie.

Morale de cette histoire

En résumé, avoir deux oreilles nous donne une meilleure idée de notre environnement sonore, nous permet d'entendre plus clairement, de distinguer la parole du bruit et rend plus facile la communication avec les gens autour de nous.

Comprendre les bénéfices des deux oreilles ('audition binaurale) est important pour les gens souffrant de perte auditive unilatérale. Probablement sans le savoir, ils travaillent beaucoup plus fort pour communiquer et interagir avec le monde qui les entoure.

1 Comment

  1. […] in noise and to determine where sounds in the environment are coming from. Listening with one ear requires more effort than when we have access to sounds from both our ears. Some people with SSD struggle with their […]

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fr_FRFrench